Aectual Circular permet de recycler les pièces d’architecture imprimées en 3D

Aectual Circular permet de recycler les pièces d’architecture imprimées en 3D

La société néerlandaise Aectual a lancé un programme bêta de conception-livraison, ainsi qu’une boutique en ligne, pour ses produits architecturaux et d’intérieur imprimés en 3D. Il est désormais possible d’acheter auprès de l’entreprise des éléments imprimés en 3D tels que « des sols en terrazzo, des luminaires, des panneaux muraux, des colonnes, des façades, des escaliers, des cloisons de séparation, des jardinières et des écrans de table – voire des bâtiments entiers – qui sont tous fabriqués à partir de matériaux recyclés et renouvelables durables, 100% circulaires ».

Aectual est issue de la Maison du Canal imprimée en 3D, l’un des premiers projets de construction additive à faire la une des journaux internationaux. Lorsque les membres de DUS Architects ont travaillé sur ce projet, ils ont été tellement submergés de demandes de travail et de collaboration qu’une nouvelle société a été créée. L’entreprise a commencé avec des planchers, des murs et des panneaux de façade imprimés en 3D, ainsi que des moulages imprimés en 3D pour la création d’éléments en béton.

« Aectual s’attaque à un grave problème mondial : le secteur de la construction représente 39 % de toutes les émissions mondiales de carbone et est l’une des industries les plus polluantes au monde. La plate-forme clé en main d’Aectual permet aux professionnels et aux consommateurs de créer de magnifiques bâtiments personnalisés imprimés en 3D, ainsi que des produits architecturaux et de design d’intérieur à partir de matériaux 100% recyclables et renouvelables qui minimisent les déchets et ne nuisent pas à la planète », a déclaré Hedwig Heinsman, co-fondateur et directeur commercial d’Aectual. « Nous permettons aux architectes, designers et marques de classe mondiale de réaliser leurs propres conceptions sur mesure à la demande, à n’importe quelle échelle et dans n’importe quel bâtiment, et de créer des produits vraiment uniques, 100% durables, sans être freinés par un prototypage intensif et de longs délais d’exécution ».

À l’aide de grands robots industriels, Aectual a extrudé des objets en plastique qui ont ensuite été remplis de terrazzo, ce qui a permis d’obtenir des éléments de design à l’aspect unique. Cela a donné lieu à une série de projets fascinants, qu’Aectual a mis en évidence dans un communiqué de presse : « un revêtement de sol à l’aéroport international d’Amsterdam Schiphol, un revêtement de sol dans le BMW World à Munich, des murs d’exposition imprimés dans la Nike Town de Londres, un minuscule bauhaus (alias hangar de studio ou remise), un revêtement de sol utilisant des bouteilles Budweiser recyclées dans les bureaux de Capital C à Amsterdam et le bâtiment temporaire de l’UE à Amsterdam ».

Le coffrage imprimé en 3D est utilisé pour créer du béton renforcé de fibres de verre, ce qui réduit les déchets de matériaux de 35 %. Le coffrage peut ensuite être recyclé en un nouveau matériau. Image reproduite avec l’aimable autorisation d’Aectual.

L’entreprise lance actuellement 12 produits spécifiques dans sept catégories, qui peuvent tous être personnalisés :

« Revêtement de sol : motif terrazzo – disponible en bio ou ultra-mince bio
Meubles : rideaux et bibliothèques
Revêtements de façade et lambris muraux
Extérieur : écrans solaires et auvents
Éléments en béton : escaliers, trottoirs et revêtements de façade
Décoration intérieure : jardinières, cloisons et écrans de table ».

Aectual héberge les produits paramétriques susmentionnés que les clients peuvent personnaliser et commander. Ou bien les professionnels de l’industrie de l’architecture, de l’ingénierie et de la construction (AEC) peuvent télécharger leurs propres modèles pour les faire produire par l’entreprise. Aectual se chargera ensuite de l’impression 3D et de l’installation du produit. Aectual est partenaire de Henkel pour les matériaux, d’ABB pour la robotique et d’Arup, une importante multinationale britannique de services professionnels qui possède des divisions importantes et innovantes dans les domaines de l’architecture et de l’ingénierie.

Produits architecturaux que les professionnels de l’AEC peuvent personnaliser et acheter. Image reproduite avec l’aimable autorisation d’Aectual.

L’entreprise indique que le coût de ses éléments architecturaux a été réduit de 50 %, tandis que les délais de production ont été multipliés par dix. De plus, Aectual affirme que ses produits sont « circulaires », en termes d’utilisation des matériaux. Lorsqu’un produit n’est plus utile à un client, celui-ci peut le renvoyer à l’entreprise, qui le recyclera et imprimera le matériau en 3D pour en faire de nouveaux produits. Aectual affirme que cela se traduit par « une réduction de 35 à 95% des matériaux grâce à ses conceptions paramétriques, au nombre de matériaux nécessaires, à une fabrication spéciale et à l’optimisation de la conception des produits ». Ce n’est donc peut-être pas parfaitement circulaire et il y aura certainement des coûts de carbone intégrés dans le transport des produits, mais c’est certainement un début de réforme de ce qui est par ailleurs une société de consommation mondiale entièrement gaspilleuse.

Un diagramme représentant le concept d’Aectual Circular. Image reproduite avec l’aimable autorisation d’Aectual.

En plus d’essayer d’introduire le plus de circularité possible dans leur écosystème de fabrication, Aectual prétend également s’efforcer d’utiliser tous les matériaux d’origine biologique. Cela inclut le bio-plastique créé par Henkel, ainsi qu’un agent liant à base de soja, fabriqué en collaboration avec le partenaire Duracryl, pour ses revêtements de sol en terrazzo. Il s’agit donc du premier sol en terrazzo qui ne figure pas sur la liste rouge. Les pierres utilisées par Aectual sont fabriquées à partir de matériaux recyclés provenant de l’industrie du marbre.

Les professionnels de l’AEC intéressés peuvent s’inscrire à la version bêta du programme d’entreprise d’Aectual, dont les prix commencent à 24 dollars américains par pied carré (200 euros par mètre carré). Les consommateurs peuvent acheter des meubles et des objets de design personnalisables, y compris des séparateurs de pièces et des jardinières, à partir de 608 dollars américains (500 euros).

Ce qui est le plus important dans ce projet, étant donné l’état de notre écosystème qui s’effondre, c’est la nature circulaire des matériaux utilisés ; cependant, du point de vue du marché, le fait qu’Aectual se concentre sur des éléments individuels de l’AEC suggère qu’elle pourrait réussir dans l’espace de construction additive et aider à l’adoption plus large de la technologie. Il semble que l’impression en 3D soit la méthode qui progresse le plus dans diverses industries, non pas en essayant de refaire tout le segment, mais en perturbant les bords.

Ainsi, la réglementation, le coût, les limites technologiques et les frais généraux liés à l’impression en 3D d’une maison ou d’une voiture entière n’empêchent pas les entreprises d’explorer les applications de la nouvelle technologie. Au contraire, les entreprises peuvent acheter une façade imprimée en 3D pour tester les possibilités avant de passer progressivement à des bâtiments entiers une fois que la technologie a fait ses preuves, que les coûts ont été réduits et que les réglementations ont été déterminées.

Et il se peut même que ce soit dans les articles qui impliquent moins d’impression 3D qu’Aectual voit le plus de croissance au début, comme les revêtements de sol et les coffrages imprimés en 3D. Les planchers sont vraiment intéressants à regarder et n’ont pas l’esthétique chatoyante des objets faits entièrement de plastique imprimé en 3D, tandis que les coffrages sont probablement très pratiques pour les applications de construction réelles. Quelle que soit la direction prise par Aectual, nous voyons clairement l’industrie de la construction additive commencer à décoller et il sera passionnant de voir où elle en sera dans quelques années seulement.

Le post Aectual Circular Allows 3D Printed Architecture Pieces to Be Recycled est d’abord apparu sur 3DPrint.com | The Voice of 3D Printing / Additive Manufacturing.