You are currently viewing De l’art imprimé en 3D dans une galerie lunaire ? Singapour envoie le premier objet d’art imprimé en 3D sur la Lune

De l’art imprimé en 3D dans une galerie lunaire ? Singapour envoie le premier objet d’art imprimé en 3D sur la Lune

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Actualité

Il existe environ 19 000 galeries réparties dans 124 pays et 3 533 villes dans le monde. Les sites urbains des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Allemagne sont parmi les plus actifs sur la scène des galeries d’art, représentant plus de 50 % de toutes les boutiques d’art existantes. Cependant, une nouvelle galerie coupe le souffle des visiteurs – littéralement. Elle ne se trouve pas à Londres, New York ou Berlin, mais sur la Lune. Grâce à une initiative de la Moon Gallery Foundation, l’art imprimé en 3D sera exposé sur la surface lunaire.

Contribuant à la création du premier avant-poste lunaire et du premier musée permanent sur le seul satellite naturel de la Terre, la Moon Gallery Foundation développe une galerie d’art lunaire dont le lancement est prévu en 2025. Cette oasis artistique dans l’ombre de l’espace infini intégrera 100 œuvres d’artistes du monde entier dans le format compact d’une plaque quadrillée de 10x10x1 centimètres sur le panneau extérieur d’un atterrisseur lunaire. Jusqu’à présent, l’organisation a rassemblé 87 œuvres, et chaque pièce minuscule (mesurant moins de 1x1x1 cm) est soigneusement exposée sur la plaque quadrillée et peut être vue sur le site web de l’organisation.

A 10x10x1 cm grid plate displaying 100 artworks for a lunar art gallery.

La Moon Gallery Foundation a créé une plaque quadrillée de 10x10x1 cm présentant 100 œuvres d’art pour une galerie d’art lunaire. Image reproduite avec l’aimable autorisation de la Moon Gallery Foundation.

Parmi les pièces présélectionnées, il y aura un artefact imprimé en 3D mis au point par l’architecte et designer singapourien Lakshmi Mohanbabu, en collaboration avec une équipe d’experts en fabrication additive (FA) de l’université technologique Nanyang de Singapour (NTU), dirigée par Matteo Seita, professeur au College of Engineering et spécialiste de la FA des métaux.

Baptisé cube « Structure et réflectance », l’œuvre de Mohanbabu est décrite comme « un mariage entre l’art et la technologie », signifiant un « message unificateur d’un monde intégré, ce qui en fait une signature quintessentielle de l’humanité sur la Lune ». Les premières étapes du prototypage et des itérations de la conception du cube ont été réalisées par impression 3D au Centre d’impression 3D de Singapour (SC3DP) de la NTU, un centre de recherche et de développement avancé en matière d’AM.

The "Structure and Reflectance" Cube.

Le cube « Structure et réflectance ». Image reproduite avec l’aimable autorisation de la Nanyang Technological University, Singapour.

Au départ, l’équipe de NTU Singapore au SC3DP a produit quelques itérations du Moon-Cube en utilisant l’impression 3D métallique avec différents matériaux, comme l’Inconel et l’acier inoxydable. Pour la dernière itération du cube, l’équipe a décidé d’incruster des cristaux en utilisant la technologie de fusion laser sur lit de poudre. Révélés à l’œil nu par les différences microscopiques dans la rugosité de la surface, les cristaux reflètent la lumière dans différentes directions.

S’exprimant sur la signification du choix des matériaux, Seita a déclaré : « Comme les personnes, les matériaux ont une « structure » complexe résultant de leur histoire – la séquence des processus qui ont façonné leurs parties constituantes – qui sous-tend leurs différences. Masquée par une façade extérieure, cette structure révèle souvent peu de qualités sous-jacentes dans les matériaux ou les personnes. Le cube est une représentation matérielle de la structure complexe d’un être humain, incarnée dans un bloc de métal composé de deux cristaux à la réflectivité distincte et à la forme complémentaire. »

Chacune des faces du cube illustre un symbole différent. Pour les artistes à l’origine du projet, chaque symbole représente une quête pour découvrir les secrets de l’univers, mais fusionné en un seul cube, il incarne « l’unité de l’humanité ».

Le côté appelé « Primaire » est divisé en deux triangles qui représentent les deux faces de la Lune. La deuxième face, appelée « Windmill », présente deux formes de moulin à vent en spirale, l’une dans le sens des aiguilles d’une montre et l’autre dans le sens inverse, représentant notre existence, l’énergie et le temps. Sur la troisième face, l’équipe a imprimé un labyrinthe de carrés emboîtés représentant « les couches que les explorateurs spatiaux démêlent pour découvrir l’énigme de l’univers » et s’appelle Dromenon. Enfin, la dernière pièce de ce cube est Nautilus, qui rappelle visuellement la forme en spirale de l’ADN humain.

Four faces of the "Structure and Reflectance" Cube.

Quatre faces du Cube « Structure et Réflexion ». Image reproduite avec l’aimable autorisation du Lakshmi’s Studio.

« Le contraste optique sur la surface du cube provenant des cristaux génère une géométrie complexe qui signifie la dualité de l’homme : la complexité de la pensée cachée et de l’émotion exprimée. Cette dualité est reflétée par la surface de la Lune, dont une face reste visible, tandis que l’autre est restée cachée à l’humanité pendant des siècles, jusqu’à ce que les voyages dans l’espace nous permettent enfin de la contempler. La partie brillante de la face visible de la Lune dépend de la position de la Lune par rapport à la Terre et au Soleil. Ainsi, ce que nous voyons est fonction de notre point de vue », explique M. Mohanbabu.

La pièce finale imprimée en 3D faisait partie d’un projet de collaboration soutenu par le National Additive Manufacturing Innovation Cluster (NAMIC). Ce bureau de programme national accélère l’adoption et la commercialisation des technologies de fabrication additive. Dans le but d’étendre le dialogue culturel de l’humanité au-delà de la Terre, le cube de Singapour et les autres œuvres d’art rencontreront le cosmos pour la première fois en orbite terrestre basse (LOW) en 2022 après avoir effectué un vol d’essai en collaboration avec Nanoracks, un fournisseur privé de services spatiaux.

Par la suite, la galerie s’envolera vers la Station spatiale internationale (ISS) à bord de la fusée Cygnus NG-17 dans le cadre d’une mission de réapprovisionnement de Northrop Grumman en février 2022. Cette mission précurseur contribuera à comprendre les possibilités futures de l’art dans l’espace et à renforcer la collaboration entre le monde de l’art et la communauté spatiale. Après quelque temps, la galerie reviendra sur Terre en tant que partie d’une charge utile technique NanoLab, un module destiné aux expériences de recherche spatiale. La galerie sera alors préparée pour une mission finale en 2025, où elle trouvera une base permanente sur la Lune.

The post Art imprimé en 3D dans une galerie lunaire ? Singapour envoie le premier artefact imprimé en 3D sur la Lune appeared first on 3DPrint.com | The Voice of 3D Printing / Additive Manufacturing.