JEOL dévoile une nouvelle imprimante 3D métal à faisceau d’électrons

JEOL dévoile une nouvelle imprimante 3D métal à faisceau d’électrons

Le secteur de l’impression 3D métal connaît de sérieuses vagues. Si ce ne sont pas les nouveaux entrants qui introduisent une qualité sans précédent, ce sont les vétérans qui dévoilent un nombre sans précédent de lasers, tandis que l’impression sur métal brut commence à prendre de la vitesse. La fusion sur lit de poudre par faisceau d’électrons (E-PBF) est un domaine qui, jusqu’à récemment, était relativement stable.

Cependant, même ce segment est en train de changer grâce à des sociétés comme JEOL Ltd. (TYO : 6951), qui a annoncé le lancement de sa machine d’AM métallique à faisceau d’électrons JAM-5200EBM. La société basée à Tokyo affirme que sa machine s’appuie sur « le microscope électronique et le système de lithographie par faisceau d’électrons les plus performants au monde pour la fabrication de semi-conducteurs » pour créer une machine E-PBF avec « une puissance, une densité et une vitesse plus élevées ».

JEOL vante également la qualité de sa cathode, qu’elle appelle la « cathode à durée de vie la plus longue au monde » pour sa capacité à fonctionner pendant 1 500 heures ou plus, ce qui réduit les temps d’arrêt entre les remplacements de cathode. La machine ne nécessite pas l’utilisation d’hélium gazeux, ce qui a pour but de maintenir la qualité d’impression dans le temps et de réduire les coûts.

Le système e-Shield de JEOL empêche la diffusion, améliorant ainsi la qualité, la répétabilité et la longévité de la cathode. Image reproduite avec l’aimable autorisation de JEOL.

Au lieu de l’hélium, JEOL s’appuie sur son système « e-Shield » pour éviter la dispersion de la poudre pendant l’impression. En retour, la machine peut également fonctionner dans un espace propre, mais la cathode est moins susceptible d’être endommagée, selon la société. En outre, la focalisation du faisceau d’électrons peut être réalisée automatiquement afin de garantir une qualité et une répétabilité élevées. Enfin, la JAM-5200EBM peut être surveillée à distance.

L’expérience de JEOL dans le domaine des semi-conducteurs a permis un meilleur contrôle de la qualité du faisceau d’électrons. Image reproduite avec l’aimable autorisation de JEOL.

L’E-PBF est un nouveau segment de produits pour JEOL, qui a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires d’environ 107,3 milliards de yens (952 millions de dollars) pour ses microscopes électroniques et autres équipements scientifiques, industriels et médicaux. C’est toutefois le moment idéal pour elle de se lancer dans l’additif, car il y a très peu de concurrents dans l’espace E-PBF.

Le JAM-5200EBM de JEOL. Image reproduite avec l’aimable autorisation de JEOL.

Arcam (propriété de GE) a été pendant une longue période le fournisseur de prêt des machines E-PBF. Plus récemment, FreeMelt a également fait son apparition avec une machine E-PBF ouverte. Il existe également une société chinoise appelée Xi’an Sailong Metals qui possède un système à faisceau d’électrons. Cependant, le concurrent le plus proche de JEOL pourrait être Wayland Additive, car cette société prétend surmonter certains des mêmes problèmes et possède une expérience similaire dans le domaine des semi-conducteurs. Il est difficile de comparer le Calibur3 de Wayland et le JAM-5200EBM de JEOL, mais Wayland affirme que le Calibur3, en plus de ne pas avoir besoin de gaz inertes, produit des pièces qui ne subissent pas de contraintes résiduelles.

Indépendamment des comparaisons exactes entre les deux machines, il est passionnant de voir un autre fabricant produire des machines E-PBF. JEOL vise à vendre 10 unités par an au prix de 180 000 000 ¥ (environ 1,6 million USD). En tant que grand fabricant, il dispose déjà de sites de service direct dans plus de 30 pays et d’un service après-vente dans plus de 130 pays. Elle dispose donc peut-être de l’infrastructure nécessaire pour prendre d’assaut le secteur de l’impression 3D métal.

La publication JEOL dévoile une nouvelle imprimante 3D en métal à faisceau d’électrons est apparue en premier sur 3DPrint.com | La voix de l’impression 3D / fabrication additive.