La star des courses de dragster de RuPaul A’Whora se pavane sur la piste en 3D Imprimé Bone Couture

La star des courses de dragster de RuPaul A’Whora se pavane sur la piste en 3D Imprimé Bone Couture

La spin-off britannique de la Drag Race de RuPaul en est à sa deuxième saison et elle repousse déjà les limites de la traînée. Dans le dernier épisode du reality show de la compétition, A’Whora, typiquement primée et polie, a traqué la piste dans un exosquelette à la forme adaptée et imprimé en 3D.

CUL HERSTORIQUE !!! 🏁✨#DragRaceUK pic.twitter.com/cPeMGHnM8F

– A’WHORA (@awhoraofficial) 19 février 2021

Le thème de la piste ce soir-là était « Pre-Herstoric Drag », qui comprenait des empreintes d’animaux un peu trop nombreuses et beaucoup d’os, mais il n’y avait rien de comparable à ce qu’A’Whora a donné – pas d’os à ce sujet. La drag queen portait un masque et un corset imprimés en 3D, conçus à partir de scans 3D de son visage et de son corps, puis elle s’est enveloppée dans un manteau de fourrure. Le résultat était un regard qui crie « Reine de l’âge de pierre ».

Derrière la personnalité d’A’Whora se cache George Boyle, né au Royaume-Uni, qui a déclaré aux juges de l’émission Drag Race UK de RuPaul : « Cette tenue est l’une des choses les plus complexes que j’aie jamais fabriquées, je l’ai fait imprimer en 3D sur chaque contour de mon corps grâce à un scanner. Ce masque est même adapté à toutes les dimensions de mon maquillage de dragster ». A’Whora a déclaré à Independent : « J’utilise des choses comme l’impression 3D pendant le spectacle, différentes façons de manipuler le tissu et de le sculpter. J’ai essayé de mettre en valeur autant de techniques et de capacités différentes dans le domaine de la mode, de montrer ce que je peux faire grâce à l’utilisation de vêtements ».

Image reproduite avec l’aimable autorisation de A’Whora/Instagram.

L’œuvre a été créée par le designer britannique el_samu.obj. Selon l’artiste, il n’a eu qu’un mois pour concevoir et créer l’ensemble du look. Tout d’abord, le visage et le corps d’A’Whora ont été scannés à l’aide d’un scanner 3D Sense 2 avant que la modélisation ne soit effectuée dans Mudbox et Maya. Sam nous a fait savoir qu’il a fallu un total de 300 heures pour imprimer, sur son imprimante 3D CR-10s utilisant le PLA FormFutura Extrafill, puis il a poncé le look jusqu’à la fin.

« Je lui ai juste donné un sable, j’ai utilisé un Dremel avec des morceaux de gravure et j’ai poncé à la main partout », dit el_samu.obj. Quant à la qualité de l’ombrage que vous voyez sur les tirages, il a dit : « A’Whora lui a donné un peu d’ombrage avec de l’ombre à paupières ».

Plus précisément, A’Whora a déclaré sur Instagram : « J’ai peint le corsage moi-même en utilisant des peintures en poudre sèche pour obtenir un aspect vieilli/détressé !

L’impression 3D s’est imposée dans le monde de la mode, notamment grâce au travail d’Iris van Herpen, qui fabrique des looks de haute couture depuis plus de sept ans. Dans le même ordre d’idées, la drag queen concurrente, Bimini Bon-Boulash, habillée en bactérie pour son look pré-historique, aux côtés d’A’Whora, s’est inspirée de van Herpen, sans toutefois recourir à l’impression 3D.

Image reproduite avec l’aimable autorisation de A’Whora/Instagram.

Il a également parcouru les pistes de la télé-réalité auparavant via Project Runway, où les concurrents devaient fabriquer des textiles imprimés en 3D en utilisant les imprimantes Cube 3D de 3D Systems, aujourd’hui disparues. L’ancien concurrent Justin LeBlanc a également utilisé l’impression 3D dans sa collection finale de la saison 12 de l’émission. Ce n’est pas non plus la première fois que l’impression 3D a été utilisée sur la course de dragster de RuPaul, puisque le gagnant de la saison 10, Aquaria, portait un masque de squelette imprimé en 3D par frittage laser sélectif de Shapeways. Cet auteur a également fait appel à un modeleur 3D pour tenter une impression 3D de Manille Luzon, avec des résultats mitigés.

Voir cet article sur Instagram

Un message partagé par Sam | Conception 3D sur mesure | LDN (@el_samu.obj)

Nous pourrions voir les futures reines de Drag Race UK s’attaquer aux accessoires imprimés en 3D, car el_samu.obj a imprimé une tempête pour les reines de la région. Il dit qu’il est entré dans ce créneau en partie grâce à son amie, la drag queen Stella Marbles, pour laquelle il fabrique des masques (voir ci-dessus).

« Stella et moi travaillions ensemble dans un pub, un jour, un ami à moi a trouvé une vieille imprimante 3D Colido DIY dans la rue et je l’ai échangée contre une bouteille de vin, après avoir fait de l’impression de loisir, Stella m’a demandé si je pouvais lui faire quelque chose pour son truc de drag-club kid, le bouche à oreille a été assez fort pour que je quitte mon travail au pub et que je fasse des bêtises pour des drag queens toute la journée », a déclaré el_samu.obj. « Stella ne fait que des masques, alors j’ai fini par en faire beaucoup au début, maintenant je m’intéresse davantage à l’animatronique.

el_samu.obj travaille toujours sur son site web. COVID-19 a naturellement eu un impact sur son activité, car il a limité les représentations de dragster en direct, un problème que la drag queen écossaise Lawrence Cheney a également mentionné dans l’émission. Ainsi, alors que le drag a connu un ralentissement, el_samu.obj a conçu des animatronics pour des clients autres que des drag, avec l’objectif de réaliser un jour des accessoires de cinéma.

Le post RuPaul’s Drag Race Star A’Whora Struts Runway in 3D Printed Bone Couture est apparu en premier sur 3DPrint.com | The Voice of 3D Printing / Additive Manufacturing.