You are currently viewing Les brèves de l’impression 3D, 21 mai 2022 : Fictiv, récifs de coquillages, et pétrole et gaz.

Les brèves de l’impression 3D, 21 mai 2022 : Fictiv, récifs de coquillages, et pétrole et gaz.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Actualité

Le secteur continue de se développer, ce qui se traduit par l’arrivée de nouveaux employés dans l’entreprise de construction additive ICON et dans l’entreprise d’impression 3D de métaux, XJet. Parallèlement, des technologies issues d’autres secteurs sont appliquées à l’impression 3D, comme les faisceaux d’électrons pour les microscopes avancés et l’usinage électrochimique. Nous assistons également à l’adoption plus large de la fabrication additive (MA) dans le secteur du pétrole et du gaz, avec l’utilisation de Spare Parts 3D par Ocyan. La société française Multistation ajoute de nouvelles technologies à son portefeuille de revente. Les récifs d’huîtres et de moules bénéficient de l’aide de l’impression 3D. Enfin, la start-up de San Francisco Fictiv a levé 100 millions de dollars supplémentaires.

ICON annonce un nouveau directeur financier

L’entreprise de construction additive ICON a engagé un nouveau directeur financier, Tom vonReichbauer, qu’elle décrit comme nécessaire pour sa prochaine étape de croissance. M. VonReichbauer vient d’entreprises technologiques de premier plan telles que Google, Nest et Tesla. Avant de rejoindre ICON, il a travaillé comme directeur financier de l’entreprise solaire résidentielle Sunrun. Avant cela, il était directeur financier et directeur commercial de Nest, qui a été rachetée par Google. ICON a jusqu’à présent levé près d’un demi-milliard de dollars et travaille en étroite collaboration avec des agences gouvernementales telles que le ministère de la défense et la NASA.

JEOL introduit la nouvelle impression 3D par faisceau d’électrons en Amérique du Nord

Le JAM-5200EBM de JEOL. Image reproduite avec l’aimable autorisation de JEOL.

La société japonaise JEOL (TYO : 6951), spécialisée dans les faisceaux d’électrons, a présenté pour la première fois au monde sa technologie de fusion sur lit de poudre par faisceau d’électrons à Formnext 2021. À RAPID+TCT 2022, la société a présenté son imprimante 3D à faisceau d’électrons JEOL JAM-5200EBM en Amérique du Nord via JEOL USA. Comme nous l’avons couvert dans un article précédent et comme nous le couvrirons dans une interview à venir, la plateforme dispose d’une cathode qui survit plus longtemps que toute autre imprimante 3D à faisceau d’électrons sur le marché. Elle améliore également la qualité grâce à l’utilisation de sa fonction e-shield, à une stratégie de balayage de préchauffage, à la mise en forme active du spot et du foyer bam, et plus encore.

XJet recrute un vice-président des ventes pour l’Amérique du Nord

XJet aussi engage de nouveaux collaborateurs, en l’occurrence un nouveau vice-président des ventes pour l’Amérique du Nord, Harry Danford. À RAPID + TCT, l’entreprise israélienne a fait visiter son client américain, le premier à posséder une imprimante 3D métal de XJet. Aujourd’hui, l’entreprise démontre encore davantage son engagement envers le marché américain avec l’embauche de M. Danford. Il apporte avec lui 10 ans d’expérience dans le développement commercial et les ventes dans le secteur de l’impression 3D.

Voxel Innovations : Post-traitement des pièces additives par électrochimie

Voxel Innovations, une petite entreprise de Raleigh, en Caroline du Nord, a présenté sa technologie d’usinage électrochimique pulsé (PECM), un procédé d’usinage chimique sans contact et non thermique pour la finition des pièces métalliques. Cela inclut les alliages réfractaires et les superalliages de nickel. Comme il n’y a pas de friction entre l’outil et la pièce, ce procédé peut être utilisé pour le post-traitement de pièces métalliques imprimées en 3D présentant des caractéristiques à paroi mince. Le PECM fonctionne en faisant circuler un fluide électrolytique chargé entre un espace très fin entre l’outil et la pièce, et en effectuant une « rouille » contrôlée du métal, le dissolvant dans la forme souhaitée. Voxel Innovations a travaillé avec l’armée de l’air et la marine et pourrait devenir un acteur important dans l’espace additif.

Le géant brésilien de l’O&G s’associe à la société française de pièces détachées 3D

Une pièce de rechange imprimée en 3D pour Ocyan, sélectionnée grâce à la technologie Spare Parts 3D. Image reproduite avec l’aimable autorisation de Spare Parts 3D.

Le géant brésilien du pétrole et du gaz Ocyan a travaillé avec l’entreprise française d’impression 3D Spare Parts 3D pour élaborer un inventaire numérique de ses composants. Pendant 11 semaines, Spare Parts 3D a appliqué son logiciel DigiPART pour analyser 17 000 pièces détachées, sans aucun fichier 3D, afin de déterminer quels composants seraient les plus adaptés à l’additif. Entraînés sur plus de 250 000 pièces de 2 000 catégories et 7 000 équipements de l’industrie pétrolière et gazière, les algorithmes d’apprentissage automatique de Spare Parts ont été appliqués aux données ERP/PLM d’Ocyan. Sur la base de caractéristiques telles que la réduction des délais, l’optimisation de la quantité minimale de commande et la réduction des coûts, le logiciel a sélectionné 11 % de ces pièces, soit 1 886 UGS. L’entreprise a ainsi sélectionné sa première pièce à imprimer en 3D et prévoit d’en sélectionner d’autres à l’avenir.

Multistation ajoute Vshaper et les solutions robotiques Axiome avec Meltio

Le moteur Meltio sur une solution robotique Axiome. Image reproduite avec l’aimable autorisation de Multistation.

Dans d’autres nouvelles françaises, le principal revendeur français de produits additifs, Multistation SAS, ajoute d’autres technologies uniques à son portefeuille de systèmes. Les dernières en date sont les solutions robotiques Axiome avec les têtes de dépôt à énergie dirigée Meltio Engine, ainsi que l’imprimante 3D polymère haute température VSHAPER 500 PRO. Alors que la première est une méthode robotique à faible coût pour l’impression 3D de métaux par DED, la seconde peut traiter des matériaux tels que le PEEK grâce à l’utilisation de doubles têtes d’impression capables d’atteindre jusqu’à 450°C.

Des chercheurs vont restaurer les récifs de mollusques grâce à l’impression 3D

Une imprimante 3D industrielle imprime des structures biodégradables. Photo : R.J.M. Temmink

De plus en plus de chercheurs appliquent l’additif à la restauration des écosystèmes océaniques. Cette fois, le NIOZ et l’université d’Utrecht se sont associés pour aider les récifs de moules et d’huîtres dans la mer des Wadden, aux Pays-Bas. Ils vont imprimer en 3D des structures de récifs artificiels faites de matériaux biodégradables qui pourront se décomposer lorsque les créatures marines pourront s’y installer naturellement et seront assez grandes pour former leurs propres récifs.

Fictiv lève 100 millions de dollars

La startup de la Bay Area Fictiv a annoncé la clôture d’un tour de financement de série E de 100 millions de dollars, portant son investissement total à 192 millions de dollars depuis sa fondation en 2013. L’entreprise fait office de hub pour la fabrication numérique, offrant un lieu où concevoir, fixer le prix et commander des composants fabriqués par impression 3D, usinage CNC, moulage par injection et coulage d’uréthane. Jusqu’à présent, l’entreprise a permis la production de plus de 19 millions de pièces mécaniques dans plus de 3 000 catégories de produits. Fictiv entend utiliser ces fonds pour développer sa technologie de réduction des risques dans la chaîne d’approvisionnement.

The post 3D Printing News Briefs, May 21, 2022 : Fictiv, Shellfish Reefs, and Oil &amp ; Gas appeared first on 3DPrint.com | The Voice of 3D Printing / Additive Manufacturing.