You are currently viewing Les robots d’impression 3D reçoivent un coup de pouce d’un million d’euros

Les robots d’impression 3D reçoivent un coup de pouce d’un million d’euros

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post published:22 janvier 2022
  • Post category:Actualité

Comme toute bonne expression à la mode, “Industrie 4.0” a ses bons et ses mauvais côtés. Un exemple de point faible, par exemple, serait qu’il s’agit d’une manière subtile de présenter notre futur dystopique comme une nouvelle idée passionnante, plutôt que comme l’inévitable aboutissement de la dynamique du marché. À l’inverse, ce qui est peut-être son point fort, c’est qu’il suggère instantanément la relation inextricable entre les trajectoires de ce qui pourrait autrement sembler être des tendances économiques très distinctes.

Une startup franco-suédoise, par exemple, ADAXIS (fondée en 2021), se consacre entièrement au développement d’une plateforme logicielle qui reconnaît les objectifs qui se chevauchent nécessairement entre trois des secteurs les plus étroitement associés à l’expression “Industrie 4.0” : l’intelligence artificielle (IA), la fabrication additive (MA) et la robotique. En début de semaine, ADAXIS a annoncé que sa plateforme logicielle, actuellement en cours de développement et baptisée AdaOne, venait de recevoir plus d’un million d’euros lors de son premier tour de table de pré-amorçage. Les capitaux proviennent de Newfund NAEH, un fonds d’investissement pour les start-ups technologiques françaises et américaines, de SkalePark, basé en France, qui se concentre sur le financement des start-ups en phase d’amorçage et adopte une approche particulièrement pratique de ses investissements, et d’EIT Manufacturing, une division de l’Institut européen d’innovation et de technologie (une organisation de l’UE). ADAXIS a également reçu des fonds provenant de subventions régionales françaises.

Composée de seulement quatre personnes – toutes ingénieurs – l’équipe d’ADAXIS s’est rencontrée pour la première fois alors qu’elle travaillait ensemble sur un projet de recherche collaborative cofinancé par l’UE. En outre, ils ont tous passé les cinq dernières années à faire de la recherche appliquée sur l’utilisation de la robotique industrielle pour l’AM, à l’ESTIA (Institut français des technologies industrielles avancées) et à RISE, un institut de recherche public suédois. L’objectif d’AdaOne est d’utiliser des algorithmes pour accélérer et simplifier le processus de transformation des bras robotiques industriels en imprimantes 3D géantes.

Dans le communiqué de presse d’ADAXIS sur la clôture de ce premier tour de financement, la fondatrice de Newfund NAEH, Agathe Descamps, explique : ” ADAXIS nous permet de contribuer concrètement à l’industrie 4.0 en commercialisant des outils fiables et opérationnels. ADAXIS a relevé le défi de fournir des logiciels qui rendent les industries manufacturières plus efficaces et compétitives. Nous avons été impressionnés par la maturité technologique de leur produit, et nous sommes très heureux d’aider cette jeune entreprise à saisir l’opportunité que représente le développement de ce marché.”

Parmi les autres aspects prometteurs du logiciel AdaOne, citons le fait qu’il est conçu pour travailler avec le métal, les plastiques, les composites et le béton – ce qui signifie qu’il peut être utilisé pour une variété assez illimitée de projets – et qu’il est conçu non seulement pour la fabrication, mais aussi pour les réparations à la demande.

La lecture du premier tour de table de l’entreprise m’a immédiatement rappelé un commentaire fait à GeekWire il y a quelques semaines par le PDG de Relativity Space, Tim Ellis, alors qu’il expliquait l’embauche par l’entreprise de l’ancien cadre de Microsoft, Scott Van Vliet : …Je crois beaucoup à la citation d’Andreesen-Horowitz selon laquelle “le logiciel est en train de manger le monde”… Tout ce que fait Relativity, à savoir la transition de la fabrication vers des approches plus axées sur les logiciels et les données, est inévitable. Nous sommes simplement les plus avancés.”

Un autre point pertinent est cette remarque très astucieuse faite récemment par Joris Peels de 3DPrint : “Les logiciels prennent le volant à mesure que la concurrence s’intensifie.” Plus une entreprise tente d’intégrer d’aspects de l’industrie 4.0, plus les logiciels continueront à s’installer sur le siège du conducteur.

Le poste Les robots d’impression 3D reçoivent un coup de pouce d’un million d’euros est apparu en premier sur 3DPrint.com | La voix de l’impression 3D / fabrication additive.