You are currently viewing Passez en revue le RapidChange Revo de E3D

Passez en revue le RapidChange Revo de E3D

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Actualité

Le nouveau système RapidChange Revo de E3D rompt avec les normes existantes – et il s’accompagne de nouveaux points forts et inconvénients. Testons-le et découvrons s’il en vaut la peine !

Il est temps de jeter un regard approfondi sur le tout nouvel écosystème de hotend de E3D – le RapidChange Revo.

Vous disposez des nouvelles buses à remplacement rapide, d’un nouveau chauffage autorégulant, d’un facteur de forme plus petit en option, de performances nettement supérieures et d’un nouvel ensemble de brevets qui garantit que personne ne fabriquera jamais de buses ou de chauffages sans l’approbation d’E3D. Après avoir utilisé la Revo pendant quelques semaines et l’avoir soumise à l’une des séries de tests les plus complètes que j’aie jamais effectuées sur un produit, j’ai quelques réflexions, graphiques et chiffres que je souhaite partager avec vous.

Divulgation

Commençons par la divulgation : E3D m’a envoyé toutes ces pièces gratuitement pour les essayer, je n’ai pas à les renvoyer lorsque j’ai terminé, aucun argent n’a changé de mains et E3D n’a aucune influence sur cet article, mais les liens dans la description où vous pouvez acheter les Revos sont des liens affiliés. Je voulais juste le signaler.

C’est le système Revo

C’est donc ça. Le système RapidChange Revo de E3D. Il ne s’appelle pas v7, et je pense que cela a beaucoup de sens, mais c’est quelque chose que je veux aborder plus tard. L’essence de Revo est le nouveau nozzlebreak, qui combine ce qui était auparavant une buse et un heartbreak séparés en une seule pièce, ainsi que le nouveau heater core, qui était auparavant un bloc chauffant, une cartouche chauffante et une thermistance séparés.

Vous avez toujours besoin d’un dissipateur thermique pour le côté froid du hotend, et vous avez le choix d’utiliser Revo6, qui, en termes de taille, est totalement compatible avec l’ancien facteur de forme v6, et c’est ce que j’ai utilisé pour mettre à niveau l’un de mes Prusa MK3.

Ensuite, vous avez le dissipateur thermique Revo Mini, qui est une version plus légère et plus petite qui utilise plutôt un filetage M12x1,5 pour le montage par exemple sur les effecteurs des imprimantes delta, il y a aussi un dissipateur thermique Revo Voron qui a deux filets femelles sur le dessus et bien sûr, il y a aussi Revo Hemera, qui est l’extrudeuse E3D qui a le dissipateur thermique pour le hotend intégré. Les pare-buses Revo utilisent exactement le même modèle de filetage que les pare-chaleur pour Hemera, vous pouvez donc mélanger les pièces entre les écosystèmes, la seule différence étant que les chauffages Revo et les dissipateurs Revo ont une petite rainure qui laisse un ressort s’enclencher, ce qui maintient le chauffage enfoncé lorsque tout est assemblé et le maintient en place lorsque vous échangez un pare-buse. Je pense que c’est assez bien fait !

Buses à changement rapide

Commençons donc par la caractéristique principale, bien sûr, le remplacement rapide des buses. Il n’y a plus de serrage à chaud, vous n’avez pas besoin d’outils, vous dévissez simplement avec vos doigts et vous vissez la nouvelle, n’est-ce pas ? Eh bien, je ne vous en voudrais pas si vous pensiez que c’est aussi rapide et facile, parce qu’il y a une chose qui est commodément ignorée partout, c’est le filament qui est chargé – et tant qu’il est soudé à l’intérieur de la buse, vous ne pouvez pas le dévisser. Vous devez donc d’abord chauffer le four au moins jusqu’à ce que vous puissiez tirer le filament à froid, puis, selon la température à laquelle vous l’avez chauffé, vous devrez peut-être le laisser refroidir à nouveau, car même si les mini chaussettes en silicone offrent une certaine isolation lorsque vous saisissez la buse lorsqu’elle est chaude, de grandes surfaces ne sont pas isolées, et il est donc facile de se brûler le bout des doigts à ce stade. Je me suis chronométré en jouant avec le v6 dans le MK3 et même si j’ai dû prendre des outils supplémentaires, il m’a fallu à peu près exactement 2 minutes pour changer la buse, plus le temps de chauffe. Avec le Revo dans la même constellation, il m’a fallu tout juste 40 secondes, plus le temps de chauffer et de retirer le filament.

Comme vous devez utiliser vos doigts, le capot du ventilateur vous gêne et vous ralentit.

C’est toujours plus rapide que de changer une buse V6, et oui, vous n’avez pas besoin de serrer les brise-buses Revo pour obtenir une expérience sans fuite et vous êtes plus susceptibles d’endommager des choses sur V6 dans le processus, mais je pense que la vitesse du changement de buse est en fait un peu trop exagérée pour la quantité comparativement faible de « vitesse » que vous gagnez. Après tout, le Mosquito bat encore largement ces deux-là en temps de changement de buse, mais pour être juste, c’est aussi un hotend beaucoup plus cher.

Une chose qui m’a été signalée sur Twitter est la façon dont Revo modifie l’accessibilité du hotend. Il y a deux ou trois choses que je vois qui changent : Si vous êtes moins dextre avec vos doigts nus, vous aurez probablement encore besoin de trouver un moyen d’utiliser des outils pour changer la buse.

Décollez la chaussette en silicone et saisissez-la avec une pince à bec effilé, par exemple. On m’a fait remarquer que le code couleur des tailles de buses était utile si vous n’êtes pas capable de discerner visuellement la quantité de points sur une buse qui était utilisée pour marquer les tailles de buses avec la v6, mais d’un autre côté, si vous avez une déficience de la vision des couleurs, elles pourraient être difficiles à discerner juste par la couleur de la bague en silicone. Les buses ont donc toutes leur taille gravée sous l’anneau de silicone en chiffres simples.

Dans l’ensemble, je pense que ces changements vont dans le bon sens et qu’ils rendent l’utilisation et l’entretien de Revo au moins plus pratiques pour de nombreuses personnes.

Performance

Passons maintenant aux performances de Revo, et je suis assez enthousiasmé par ce que j’ai trouvé ici.

Alors bien sûr, la première étape pour moi a été d’utiliser le hotend pendant un certain temps. J’ai remplacé la variante v6 qui est livrée par défaut sur le MK3 par une Revo 6 et je suis heureux d’annoncer que l’échange est super facile, à peine un inconvénient. Vous devez faire fonctionner le câblage pour vous et raccourcir le tube en téflon qui crée la transition entre le corps de l’extrudeuse et le dissipateur thermique du hotend, mais à part ça, ça fonctionne. Si vous voulez, vous pouvez faire un réglage PID, mais même avec les paramètres par défaut de la v6, les températures sur Revo étaient agréables et stables pour moi.

Comme le chauffage est moins encombrant que la V6, vous n’aurez pas de problèmes de dégagement avec le capot du ventilateur ou d’autres éléments, et comme la longueur du Revo 6 est conçue pour être identique à celle de la V6, vous n’avez pas besoin d’ajustements radicaux avec le capteur de mise à niveau du lit, il suffit de lancer un cycle de décalage des buses et tout est prêt.

J’ai imprimé un certain nombre de pièces de test avec exactement le même gcode sur la v6 et la Revo, et elles sont toutes deux très bien, sans surprise. Il y a peut-être un peu moins de cordage sur Revo, mais une chose que j’ai remarquée en retirant la v6, c’est que le guide filament en téflon était déjà bien usé, donc le fait de l’avoir remplacé par un nouveau pourrait facilement expliquer les améliorations du cordage, aussi.

J’ai imprimé des pièces en Prusament PLA, PETG et PC blend, et les deux hotends les ont facilement gérés et n’ont eu aucun problème pour atteindre et maintenir la température, même pour le polycarbonate blend, qui imprime à 275°C. J’ai également continué à utiliser Revo pour l’impression normale, et tous les profils que j’ai essayés dans PrusaSlicer qui sont réglés pour la v6 pour différentes tailles de buse et différents matériaux fonctionnent parfaitement pour Revo également. Donc, dans l’ensemble, le passage à Revo a été une expérience très douce et sans accroc.

Mais honnêtement, il faut s’attendre à ce qu’il imprime bien à ce stade, non ? E3D ne sortirait pas un hotend qui serait moins bon que son prédécesseur de huit ans pour la seule chose qu’il est censé faire. Alors bien sûr, j’ai mis en place quelques tests pour mesurer – plus ou moins – objectivement les performances de Revo et de la v6, et je suis peut-être allé un peu trop loin. Mais vous savez ce que c’est quand vous commencez à vous dire « encore un test » !

Force d’extrusion

La première chose que je voulais examiner était la force d’extrusion – avec quelle force l’extrudeuse doit-elle pousser le filament à un certain taux d’alimentation pour le faire passer dans le bloc chauffant ? Ce que cela nous dit, dans une certaine mesure, c’est l’efficacité avec laquelle le four est capable de faire fondre le filament avant qu’il ne doive se presser à travers la buse restrictive. Moins de force à la même vitesse signifie que le filament est « plus fondu » et mieux chauffé lorsqu’il sort de la buse. En quelque sorte.

Pour cela, j’ai construit un banc d’essai rapide avec une carte mère d’imprimante 3D fonctionnant avec Marlin 2.0, une extrudeuse E3D en infraction avec la marque déposée et un support pour un tube chauffant qui repose sur une balance de cuisine ordinaire. Comme j’ai supprimé les coupleurs Bowden, le faisceau est libre de monter et descendre et toute force exercée par le filament sera enregistrée par la balance.

Oui, je sais, j’aurais pu utiliser des cellules de charge et d’autres choses, mais cela fonctionne vraiment bien et c’est super visuel pour vous montrer – c’est juste un peu plus d’effort pour moi à utiliser que si c’était totalement automatisé.

J’ai fait tous ces tests avec du PLA et du PETG DAS FILAMENT, et dans les graphiques en rouge, nous avons le Revo 0.4mm opposé à un v6 0.4mm, et, en vert, le Revo 0.8mm contre un Volcano 0.8mm.

Tout d’abord, la force d’extrusion à différentes températures – à une vitesse d’environ 5 mm³ par seconde, ce qui correspond à la vitesse à laquelle la MK3 dépose le filament lorsqu’elle effectue un remplissage avec son paramètre d’impression « Qualité » par défaut. Et, tout d’abord, j’ai trouvé vraiment surprenant qu’il y ait un tel saut dans la force d’extrusion si vous imprimez juste 20°C en dessous de la température d’impression normale, et vice-versa, combien la force d’extrusion diminue lorsque vous faites monter la température du hotend plus haut que ce que vous utilisez habituellement.

Mais ce qui m’a vraiment choqué, c’est que tous les tests de Revo 0,4 mm ont nécessité une force d’extrusion nettement inférieure à celle de la v6 et, dans ce cas au moins avec le PLA, Revo est pratiquement en train d’échanger des coups avec le Volcano lorsque vous utilisez une buse de 0,8 mm.

Maintenant, cela peut sembler contre-intuitif – après tout, Revo et v6 ont une meltzone qui est pratiquement de la même longueur et celle sur Volcano est en fait significativement plus longue que sur l’un ou l’autre de ces hotends. Mais quand on compare la coupe que j’ai faite de Revo et d’une v6, je pense que tout cela commence à avoir un peu plus de sens. Sur le v6, près de la moitié de la surface de contact entre le filament et le bloc chauffant est la section en acier inoxydable qui fait partie du disjoncteur thermique. L’acier inoxydable est un assez mauvais conducteur de chaleur, donc lorsque vous avez un filament qui circule dans la buse, la plupart de l’énergie va être transférée dans le filament dans la zone où il touche le laiton de la buse. Comme la section en acier inoxydable de la meltzone du Revo n’est qu’un tube à paroi mince, elle a un effet isolant bien moindre et peut contribuer davantage à la performance de chauffage globale du bloc chauffant.

Il pourrait également y avoir d’autres effets, comme des finitions de surface différentes entre Revo et v6 ou même le fait que le filament à demi fondu dans la section en acier inoxydable sur v6 et Volcano pourrait avoir une plus grande résistance contre la surface – je n’en suis pas sûr, mais regardez, les résultats sont ce qu’ils sont. Revo est un système qui demande beaucoup moins d’effort à l’extrudeuse que la v6. Au fait, ne faites pas attention à cet énorme écart dans la façon dont le tube en acier inoxydable est enfoncé, E3D a envoyé ces kits de buses défectueux aux évaluateurs – ils impriment très bien, mais ils sont plus longs qu’ils ne devraient l’être, donc après avoir échangé avec une buse de 0,4 mm correctement assemblée, je devais toujours réajuster le décalage de ma buse. Ce problème devrait être résolu pour les buses vendues au détail, mais il n’y a probablement pas de mal à vérifier que vos buses Revo sont, en fait, de la bonne longueur.

Pour en revenir à la performance de fusion, j’ai fait un certain nombre de tests supplémentaires pour vérifier cela, pas seulement en regardant différentes températures, mais cette fois à différents débits, et les résultats sont les mêmes. Revo a constamment des besoins en force d’extrusion de 10 à 15% inférieurs à ceux d’une v6 avec la même taille de buse de 0,4 mm et il est pratiquement à égalité avec Volcano lorsqu’il utilise une buse de 0,8 mm. Bravo !

C’est ce dont je parle quand je dis que je suis plus excité par les améliorations de performance que par la fonction de remplacement rapide. Vous obtenez maintenant une fonte de niveau Volcan comme nouveau défaut.

Le chauffage

L’une des autres grandes nouveautés du Revo est, bien sûr, le nouveau cœur de chauffe qui est maintenant en cuivre avec une thermistance intégrée et un élément chauffant à base de céramique qui, soi-disant, s’autorégule pour éviter les fusions catastrophiques. Ainsi, au fur et à mesure que le chauffage se réchauffe, la puissance de chauffage diminue, ce qui devrait permettre un chauffage plus rapide lorsqu’il fait encore froid, mais aussi une coupure forte à haute température.

Le problème est que, bien sûr, vous pouvez vous fier à ce que la thermistance lit et à ce que votre imprimante vous dit, mais parce que la thermistance est beaucoup plus étroitement couplée à l’élément chauffant dans Revo, alors qu’il y a un bloc d’aluminium entre eux dans la v6, Revo va en fait surévaluer la température pendant le chauffage – Stefan de CNC kitchen a fait des tests détaillés, et je recommande de regarder sa vidéo pour un autre point de vue sur Revo. J’ai donc décidé de procéder de la même manière que pour mon évaluation des postes à souder, c’est-à-dire en me basant sur des éléments mesurables dans le monde réel. Les deux choses que je peux mesurer sont tout d’abord : combien de temps après avoir commencé à chauffer puis-je faire un tirage à froid avec le Nylon, donc à quelle vitesse le filament monte-t-il en température pour cela, et ensuite, combien de temps avant que le filament puisse commencer à sortir de la buse. Tout d’abord, le tirage à froid, c’est simple, la V6 a mis 29s jusqu’à ce que le filament sorte, la Revo a mis 19s. Gardez à l’esprit que la finition de la surface et d’autres choses peuvent aussi jouer dans ces temps. Mais c’est ce que c’est, Revo était environ un tiers plus rapide que la V6.

Pour mesurer le temps jusqu’à ce que le filament commence à s’écouler à travers le bloc chauffant, j’ai rempli le bloc chauffant de PLA, je l’ai laissé refroidir à 30°C, puis j’ai pré-tendu l’extrudeuse à 1kg de force de poussée alors que tout était encore froid. J’ai ensuite commencé à chauffer et j’ai mesuré le temps jusqu’à ce que le filament ait suffisamment circulé dans le serre-fil pour réduire cette force à 414g. Et il n’y a pas une grande différence cette fois-ci, la v6 a pris 31s, la Revo 26s, donc je suppose qu’une fois que vous avez pris en compte le fait que le filament lui-même doit être chauffé à fond pour qu’il s’écoule, et que les plastiques sont assez mauvais conducteurs de chaleur, cela, très probablement, sera encore un facteur limitant majeur pour les temps de chauffage. Mais cela n’a pas beaucoup d’importance, car dans tous les cas, vous devrez attendre qu’un lit chauffé atteigne la température voulue.

Alors qu’en est-il de la protection contre la surchauffe ? Ma première tentative a été de désactiver les limites de température dans le firmware et de régler la température à quelque chose de ridicule comme 500°C – mais il s’avère que Marlin ne lit la thermistance que jusqu’à 300°C, car c’est sa plage de température nominale. Malgré tout, le Revo atteint ces 300°C en un peu moins d’une minute et demie, alors que la v6 avec le chauffage standard de 30W met presque 4 minutes pour y arriver.

Mais si nous regardons la quantité de puissance que chaque chauffage tire à tout moment, Revo commence à 36W et est déjà descendu à seulement 25W à 250°C et enfin 23,5W à 300°C, tandis que le chauffage dans la v6 a tiré un rock-steady 27W tout au long.

Mais je voulais quand même savoir ce qui se passerait au-delà de ces 300 °C, alors j’ai pris un thermocouple, je l’ai mis dans la buse, j’ai branché le chauffage directement sur l’alimentation 24V et j’ai sorti le tout dans le garage parce que je n’avais aucune idée des fumées que ces chauffages pouvaient dégager une fois la température critique atteinte.

J’ai enregistré la température et le courant toutes les 10 secondes et voici ce que nous avons obtenu : La Revo chauffe beaucoup plus rapidement, mais après 8 ou 9 minutes, elle a pratiquement atteint un état stable. Gardez à l’esprit que l’état stable dans ce cas est de 480°C, ce qui est bien au-delà de la température d’auto-inflammation des plastiques courants avec lesquels nous imprimons – dans ce cas, il est peu probable que cela provoque un incendie plus important, car cette chaleur est contenue dans le bloc chauffant, mais c’est quand même une température élevée inquiétante et je ne ferais pas confiance à l’effet d’autorégulation du chauffage Revo pour être la seule chose qui empêche une imprimante de brûler.

Maintenant, la v6 chauffait beaucoup plus lentement, elle a un plus grand bloc de chauffage et plus de surface pour dissiper la chaleur, et parce qu’elle montait toujours en température au bout de 10 minutes, je l’ai laissé aller 15 minutes au total, mais même alors, évidemment, elle montait toujours – et consommait toujours le même courant qu’à température ambiante. Mais même un système de chauffage en boucle ouverte comme celui-ci suit une courbe de croissance limitée et en faisant une approximation géométrique rapide de la fonction exponentielle sur laquelle il est basé, je suis assez confiant que la température finale de ce v6 se situe entre 460 et 470°C.

Ajoutez à cela le fait que le garage était assez froid et qu’à température ambiante normale, vous obtiendriez essentiellement le même 480 ° C avec Revo ou un v6 de 30 W. Juste pour référence, cela signifierait qu’un v6 de 40 W atteindrait probablement environ 630 ° C. Aie.

Alors qu’est-ce qu’on obtient ? Un nouveau hotend avec des facteurs de forme plus flexibles, des performances nettement supérieures et une utilisation plus facile ? Oui, tout à fait ! Mais il y a quelques compromis que vous allez devoir faire.

Prix

Le premier est le prix, et celui-ci comporte trois aspects individuels.

Oui, tous les hotend Revo sont plus chers que l’équivalent V6. C’est un peu normal. Ensuite, comme tout est plus étroitement intégré maintenant, les pièces de rechange sont également beaucoup plus chères – si vous usez une buse, vous jetez aussi le dissipateur thermique et vous obtiendrez un nouveau dissipateur thermique quatre fois plus cher, et vice-versa, si vous plantez le four, pliez le dissipateur thermique, la buse doit aussi disparaître, car il s’agit maintenant d’une seule et même pièce.

D’un autre côté, il est beaucoup plus facile d’en changer un et c’est quelque chose que vous pouvez faire faire par des personnes comme des enseignants ou d’autres opérateurs inexpérimentés d’imprimantes 3D sans risquer de ruiner le hotend, donc je suppose que cela rend l’ensemble moins cher à nouveau ?

C’est la même chose avec des pièces comme la thermistance et la cartouche de chauffage qui sont maintenant fusionnées ensemble au lieu d’être des pièces individuellement réparables, honnêtement, dans ce cas, je ne pense pas que ce soit un problème du tout, vous devez vraiment abuser de ces pièces pour les casser. Je n’ai pas cassé de thermistance depuis longtemps et le réchauffeur Revo avec la nouvelle décharge de traction devrait être pratiquement indestructible maintenant.

Brevet et conclusion

Et troisièmement, E3D a maintenant ce système sous contrôle. Donc avec la v5, v6 et tous les hotend qui sont légèrement compatibles avec lui, vous pouvez aller sur Aliexpress et acheter un paquet de 10 buses pour 3 dollars. Celles-ci ne sont pas particulièrement bonnes, mais à l’autre bout du spectre, vous pouvez aussi acheter des buses Microswiss, Ruby, Bondech CHT, des buses pointues avec des buses d’aérographe adaptées, vous pouvez même utiliser celles de leur concurrent Slice Engineering si vous le désirez. Elles ont toutes le même filetage M6 simple pour lequel n’importe qui peut fabriquer des buses, et en fait, n’importe qui peut fabriquer n’importe quel composant du bloc chauffant. Vous n’étiez pas autorisé à l’appeler E3D, c’est juste, mais vous pouvez les fabriquer et les vendre. Avec Revo, la seule pièce que n’importe qui peut fabriquer sans l’approbation d’E3D est le dissipateur thermique, c’est tout.

Parce que d’après ce que j’ai compris, tout ce qui se trouve en dessous du dissipateur est assez étroitement protégé par E3D avec des brevets ou des brevets de conception, ils n’ont publié qu’un seul brevet de conception européen jusqu’à présent, qui peut potentiellement rester valide pour un total de 25 ans, mais je suis sûr qu’il y en a beaucoup d’autres qui sont déjà enregistrés, et, vous savez, je ne pense pas que nous verrons le même écosystème tentaculaire d’innovation et d’utilisation créative des pièces comme nous l’avons fait avec la v6. Je veux dire, même au moment du lancement, littéralement, les seules buses que vous pouvez obtenir sont les quatre tailles différentes en laiton. Bien sûr, ce sont d’excellentes pièces, elles sont super bien faites et elles conviennent parfaitement à 99% des cas d’utilisation, mais pour l’instant, il n’y a même pas encore d’option pour l’impression de filaments abrasifs, comme ceux qui brillent dans le noir ou les divers filaments renforcés de fibres. E3D travaille sur une buse de ce type avec l’ObXidian, mais il s’agira certainement d’une option plus haut de gamme que la buse de base v6 en acier trempé que vous pouvez obtenir pour 12,50GBP.

Ecoutez, Revo est un système hotend fantastiquement conçu et comme je l’ai montré, il est aussi très performant. C’est juste que ce n’est pas la v7, ce n’est pas le successeur de la v6, c’est un nouvel écosystème fermé, c’est un jardin clos à la Apple que E3D contrôle à 100% et vous dépendez des pièces qu’ils vous autorisent à avoir aux prix auxquels ils veulent bien vous les vendre. Je ne suis pas satisfait de la façon dont le projet RepRap semble de plus en plus s’achever, E3D verrouille les choses, mais Slice Engineering l’a fait aussi avec ses hotends Mosquito. Je suis presque sûr que Revo aurait pu être ce bloc chauffant supporté indépendamment avec un heatbreak super sexy s’il n’y avait pas eu les brevets que Slice Engineering détient. Je suppose que c’est juste la façon dont les choses sont maintenant.

La ligne v6 de E3D sera toujours là et reste un choix très solide. Ajoutez une buse de 0,6 mm et vous obtiendrez une configuration dans laquelle vous n’aurez probablement même pas besoin de changer rapidement de buse, vous la laisserez toujours en place et vous pourrez imprimer à peu près les mêmes pièces, mais plus rapidement.

J’ai jeté un coup d’œil aux pièces que j’imprimais réellement, et il n’y en a pas une seule qui nécessitait une buse de 0,4 mm et qui n’aurait pas fonctionné avec une buse de 0,6 mm, donc pour moi, la fonction de changement rapide de Revo est littéralement la partie la moins pertinente.

Achetez-le plutôt si vous voulez un hotend moderne, robuste, facile à utiliser, compact et performant pour les tâches d’impression de base. C’est un excellent hotend, mais ce n’est certainement pas la v7.

Je pense que c’est tout ce que j’ai à dire sur Revo pour l’instant – je sais que c’est beaucoup, mais j’ai eu beaucoup de plaisir à reprendre des mesures.

J’espère que vous avez appris quelque chose, si c’est le cas, faites le bon vieux pouce levé, abonnez-vous, soutenez la chaîne avec un abonnement YouTube ou par le biais de Patreon, et surtout, continuez à créer. À bientôt !

Procurez-vous le E3D RapidChange Revo auprès de E3D.

Modèles présentés :

Dragon articulé par McGybeer

Salty McCreedy par Ben Dansie

Certains des autres éléments montrés dans la vidéo :

Aliexpress Buses

Slice Engineering Mosquito hotend de Matterhackers

Tout mon matériel vidéo

💙 Vous aimez les vidéos ? Soutenez mon travail sur Patreon ! Les liens vers les produits sont des liens d’affiliation – je peux recevoir une commission sur les achats admissibles (sans frais supplémentaires pour vous).