Premier bâtiment imprimé en 3D érigé en Floride via l’imprimante BOD2

Premier bâtiment imprimé en 3D érigé en Floride via l’imprimante BOD2

Le COBOD est peut-être l’entreprise qui connaît la croissance la plus rapide dans le secteur des additifs pour la construction. Après avoir franchi plusieurs étapes en Europe, en Afrique et en Asie en 2020, l’entreprise danoise a annoncé qu’un client américain avait construit le premier bâtiment imprimé en 3D en Floride.

À l’aide de l’imprimante 3D BOD2, Printed Farms a construit une unité de stockage de 71 m2 (784 ft2) qui a été renforcée avec des barres d’armature, a incorporé un coffrage isolant et a été examinée par un ingénieur en structure. Une fois ce petit projet terminé, la start-up de Wellington, en Floride, travaillera à la fabrication de deux villas inter-côtières dans l’État, qui sont en phase d’obtention des permis, selon la société. Les détails exacts des villas n’ont pas été annoncés, mais le BOD2 permettra à Printed Farms de produire des bâtiments de 540 m2 (6.000 ft2), trois étages de 180 m2 (2.000 ft2) chacun.

Un toit isolé installé sur la structure imprimée en 3D. Image reproduite avec l’aimable autorisation du COBOD.

Printed Farms a pour objectif d’utiliser l’impression 3D pour fabriquer des bâtiments « verts » résistants aux ouragans et aux inondations en Floride. Dans le passé, COBOD a utilisé du béton recyclé pour des projets, ce qui serait une façon de rendre la technologie plus durable, car la production de béton est l’un des processus les plus intensifs en carbone au monde.

Le co-fondateur de Printed Farms, Fredrik Wannius, a déclaré à 3DPrint.com que les plans de la société pour la construction écologique sont les suivants : « Nous travaillons avec des partenaires qui ont développé et/ou vont développer du béton avec une empreinte carbone plus faible. Cela fera partie de notre système de construction intégré qui sera redéfini dans les deux prochaines années ». Quant à la construction résiliente, il a déclaré : « Un bâtiment imprimé en 3D est plus solide qu’un bâtiment conventionnel. Nous sommes en mission pour prouver ces affirmations et aussi pour prouver que nous pouvons construire moins cher et plus rapidement. En imprimant en 3D les murs intérieurs et en retirant les cloisons sèches, vous avez des réparations plus faciles en cas de grave inondation ».

En tant que spin-out de Printhuset avec le soutien du groupe PERI, le COBOD a progressé rapidement. Il affirme qu’en 2020, les commandes pour le système BOD2 ont triplé par rapport aux commandes de 2019, malgré la COVID-19. Aujourd’hui, le COBOD affirme qu’il va expédier trois imprimantes supplémentaires aux États-Unis cette année, ce qui représente une menace concurrentielle pour les entreprises américaines comme ICON et Mighty Buildings. Il semble bien que les États-Unis soient à un stade de démonstration précoce de la tendance à la construction additive par rapport à l’Europe, l’Asie et le Moyen-Orient, où un plus grand nombre de bâtiments fonctionnels ont été construits.

Le bâtiment achevé à côté de l’imprimante BOD2, qui mesure 15m x 12,5m x 10m (50 x 42 x 33 ft) imprimante autour de lui. Image reproduite avec l’aimable autorisation du COBOD.

Il semble également que cela va changer, car le battage autour des entreprises américaines susmentionnées s’est considérablement intensifié au cours de l’année dernière. Avec la sortie de la première maison imprimée en 3D disponible dans le pays, nous savons que des entreprises beaucoup plus importantes sont impliquées, notamment le groupe PERI, GE, Taisei et Taiheiyo Cement… La rapidité avec laquelle ces bâtiments voient le jour suggère que la construction additive est vraiment une méthode rapide pour ériger des structures en béton. L’impact exact que cela aura sur la crise mondiale du logement est une autre question.

Le post premier bâtiment imprimé en 3D érigé en Floride via l’imprimante BOD2 est apparu en premier sur 3DPrint.com | The Voice of 3D Printing / Additive Manufacturing.